einsteinAux sources éternelles de Kongo Kultur et en hommage au physicien Albert Einstein. Nous le célébrons en ce jour mémorable. Depuis quelques jours, les médias lancent un regard critique sur l’œuvre de cet éminent savant qui a vécu aux 19e et 20ème siècle, comme quoi « Et si Einstein s’était trompé »? Quelle incohérence, et quel audace que de vouloir avancer un tel jugement ! Nous sommes scandalisés par une telle attitude qui ignore tout de la recherche scientifique et de la démarche apostolique de ceux de nos contemporains qui s’y consacrent. Mais en même temps, seul un théorème Kongo peut tenter d’expliquer une telle attitude « Wa buka mwana nga nlembo ni wo ka ku songa » (Si tu soignes le doigt d’un enfant, il te toisera par ce même doigt). En résumé, certains médias en ayant l’impression que l’aisance technologique dont bénéficie l’humanité aujourd’hui, est venue ex-nihilo de « on ne sait-où », se permettent de discréditer ceux-là mêmes sans lesquels certains pays n’auraient été que des provinces allemandes si Einstein n’avait pas réussi, par son intelligence à arracher de justesse la bombe atomique des laboratoires allemands sous domination nazie… pour la proposer au président américain Roosevelt. Mais venons-en à l’esprit scientifique. Le discours scientifique découle intégralement des conditions d’émergence de l’homme sur terre. Et ce discours n’est pas figé car il est lié aux conditions historiques qui gèrent le quotidien humain. Tous les peuples de la terre ont dans leurs langues la potentialité de création de la science..Pour Gilles Cohen Tannoudji, « …Les constantes universelles, traduisent des limitations qui s’imposent au sujet dans son rapport cognitif avec la nature. Elles ne sont pas strictement objectives, mais son relatives au rapport sujet/objet. Les constantes ne sont pas les constantes physiques de l’Univers, mais des constantes universelles de la physique. » La physique considérée ici comme un langage qui essaie d’interpréter la nature qui nous entoure afin de la rendre intelligible et opératoire pour notre adaptation dans cet univers infini. Einstein avait fixé un horizon en nous offrant ce formalisme de la relativité avec une vitesse limite qui est c (La célérité de la lumière). Mais cet horizon tenait effectivement compte de toutes les connaissances disponibles à son époque. C’est grâce à ce formalisme que cet accélérateur de particules a justement été créé. Si la théorie d’Einstein doit être dépassée, cela conforte ses propres méditations car lui même ne cessait de dire « … Moi je crois en des lois et dans un ordre, dans un monde qui existe objectivement et que j’essaie de deviner d’une manière spéculative. Je suis convaincu, mais j’espère, que quelqu’un découvrira une méthode plus réaliste et plus concrète que celle qu’il m’a été donné de trouver…  » Cette actualité sur la physique des particules ne rend pas caduc le travail de pionnier qui a été mené par les physiciens des siècles passés. Ces découvertes viennent compléter cet édifice auquel chaque génération, chaque communauté humaine participe avec les moyens que la société met à sa disposition. Ce serait une pure irresponsabilité sénile que de vouloir juger la pensée scientifique d’Albert Einstein sur le tribunal d’une quelconque juridiction, qui elle même serait confinée dans des errements séculaires qui ne se sont jamais adaptés à la modernité scientifique… Que le « Ngoma Ya Kongo » (Tambour Kongo) puisse tonner à jamais pour célébrer et rendre un hommage à A. Einstein… Mawawa Mâwa-Kiese, Nsanga-Mvimba, 24 septembre 2011

http://www.youtube.com/watch?v=mi17S7Xb16A&feature=related

Publicités