J’ai l’honneur de m’adresser aux mathématiciens et savants compétents et courageux pour arrêter «les déraisons de la raison», car les cellules de la rationalité de la raison sont en danger d’extinction, si l’erreur continue de régner dans la reine des sciences, la mathématique, et surtout dans sa science fondamentale, la géométrie.

    Messieurs, vous agréez avec moi que le but de l’éducation est d’apprendre aux élèves à bien raisonner. Peut-on et comment apprendre aux élèves à bien raisonner si le savoir mathématique à enseigner par les mathématiques modernes est erroné ?

Les enseignants et les promoteurs des réformes, formés avec ces mathématiques, ne peuvent jamais réussir à former des têtes bien faites, et bien pleines.

Je vous dis avec une extrême franchise que la cause principale de l’échec des réformes de l’enseignement scientifique entreprises en France depuis 1902, est l’introduction des mathématiques modernes dans les programmes de l’enseignement scientifique. Depuis presque cinq siècles l’erreur a commencé à s’infiltrer dans la mathématique et lui a fait perdre progressivement ses caractères originaux,  à savoir l’exactitude et les vérités éternelles de ses propositions. L’emploi inadéquat des principes premiers et des concepts fondamentaux poussa la mathématique vers le fond du gouffre, surtout que les mathématiciens contemporains s’évertuent à propager les erreurs de leurs prédécesseurs.

     La géométrie, la discipline fondamentale de la mathématique, fut la plus touchée, et ses sévices commencèrent quand les nombres discrets prétendirent rivaliser avec sa ligne droite en usurpant sa continuité par l’utilisation du concept de l’infini actuel, jamais réalisé dans l’espace de l’existence, que ce soit physique, réceptacle de la matière, ou métaphysique et pure, réceptacle des êtres géométriques qui naissent à partir du point.

Le coup mortel fut administré avec l’avènement des géométries non-euclidiennes qui ont attaqué l’unité,  la nature pure et les vérités éternelles de la géométrie euclidienne, en la réduisant à une science physique soumise à l’observation et à l’expérimentation.

Depuis 1a deuxième moitié du 19ème siècle les mathématiciens

s’acharnent sans pitié à dénaturer les deux étalons de l’exactitude, à savoir la ligne droite et la surface plane. Ces deux perles de la géométrie permettent de démontrer simplement et facilement son théorème fondamental, appelé injustement cinquième postulat d’Euclide. La démonstration de ce postulat fonde fermement la géométrie, lui rend son unité, ses vérités éternelles et élimine toutes les théories erronées qui l’ont contredit depuis le premier tiers du 19ème siècle.

En effet, les deux géométries non-euclidiennes sont des mort-nées, et les mathématiques modernes traînent deux cadavresdepuis plus de 150 ans qui commencèrent à se décomposer en 2004 avec la solution correcte du fameux postulat. Il faut donc, enterrer au plus vite les deux géométries hyperbolique et elliptique, avec leurs sœurs et leurs filles qui contredisent la géométrie euclidienne.

Les mathématiques modernes sont donc, comme l’a bien affirmé le grand savant Pierre Gilles de Gennes, l’un des plus grands fléaux de l’humanité. Aujourd’hui, que son âme sillonne le monde intelligible,  ce grand génie trouve la confirmation de ses dires.

     Oui messieurs les savants, les mathématiques modernes ne sont pas fondées et ne peuvent l’être, car elles ne sont pas vraies.Ce fait fut bien exprimé dans le célèbre papier de Morrice Klein « Les fondements des mathématiques », publié dans La Recherche no 54 Mars 1975. Je cite les paragraphes suivants :

« Faut-il en conclure qu’en tant que corps de savoir établi avec justesse, les mathématiques ne sont qu’illusion ? »

 

Poincaré exprima la même idée en écrivant : « Nous avons enclos notre troupeau, mais peut-être y a-t-il déjà des loups dans la bergerie »

 Nicolas Bourbaki reconnaît les erreurs dans ce qui suit :

« Il y a maintenant vingt-cinq siècles que les mathématiciens pratiquent la correction de leurs erreurs, ce qui, comme il est visible, a enrichi et non appauvri leur science ; cela les autorise à envisager sérieusement l’avenir. »

     Messieurs, les mathématiques modernes n’ont pas été mûries dans l’enceinte du temps, et elles portent dans leurs propositions les germes de leur destruction, à savoir l’absence de sens. Elles ont induit en erreur la plupart des mathématiciens modernes et contemporains qui n’ont pas hésité à dénaturer la noble science divine en déclarant que la mathématique est librement créée par l’esprit du mathématicien. Elle est devenue un jeu.

     Devant la gravité de la situation tragique, ma conscience ne peut plus rester passive. C’est pourquoi sa voix, amplifiée par les cris des étudiants torturés par les paradoxes des mathématiques modernes, vous adresse cet appel pour intervenir en faveur de la vérité scientifique. Votre action mettra fin au règne des théories fictives et  erronées, qui malheureusement, furent couronnées cette année par le décernement du Prix Abel 2009 au mathématicien Gromov sur ses travaux dans la géométrie symplectique. Cette géométrie est un ersatz des géométries non-euclidiennes, et ces dernières sont pleines de failles, et automatiquement rejetées par l’une de mes méthodes de démonstration du cinquième postulat d’Euclide. La méthode d’IBN AL-HAITHAM exposée sur le site : www.mathtruth-rachidmatta.com confirme mes dires.

     La vérité indéniable s’adresse à votre courage, compétence et probité scientifique pour porter la communauté scientifique internationale à la rétablir dans le plus bref délai. C’est l’unique moyen pour fonder solidement la géométrie euclidienne et la mathématique, et pour épargner aux étudiants une année supplémentaire de tortures imméritées. En même temps votre action permet de rendre la dignité à la géométrie classique qui fut offensée et humiliée depuis qu’on l’a traitée comme une branche de la physique soumise à l’observation et à l’expérimentation dans les laboratoires de la mathématique. Y-a-t-il un plus grand affront pour la géométrie qui a permis toutes les acquisitions de la science, de la technique et de la technologie  et qui a formé la raison humaine durant 2300 ans?

         Messieurs, vous savez bien qu’une décision inévitable et urgente doit être prise par les responsables politiques pour supprimer toutes les théories erronées enseignées dans les programmes en cours. Le retour à l’enseignement de la géométrie est excellent, mais il est insuffisant sans l’enseignement de la géométrie euclidienne, qui est devenue vraie et rigoureusement fondée après le rangement de son cinquième postulat parmi les théorèmes.

La mathématique, fondée fermement et correctement par la géométrie euclidienne qui a retrouvé son unité et sa vérité, présente la science parfaite pour former la rationalité de nos générations futures. La désaffection à l’égard des disciplines scientifiques cessera, et les filières scientifiques seront fréquentées par un plus grand nombre d’étudiants pour réaliser le rêve des promoteurs des réformes et des dirigeants politiques qui leur tient à cœur de voir leurs savants et leurs mathématiciens du 21ème siècle faire valoir

toutes les possibilités du génie de leur pays en ajoutant aux trésors hérités du passé prestigieux leurs productions de valeur universelle et éternelle pour honorer la modernité.

Messieurs, il n’y a pas d’autres voies pour avoir des têtes bien faites et bien pleines pour fournir dans moins de cinq ans, des professeurs qualifiés, des chercheurs efficaces et des experts compétents.

Pourquoi, alors, priver les générations futures des bienfaits de la mathématique vraie et exacte durant l’année universitaire et scolaire 2009-2010?

     Messieurs, la vérité vous remercie d’accuser réception de cet e-mail et vous rappelle la citation de Tite-Live :« La vérité est souvent éclipsée, mais jamais éteinte ». C’est à votre probité scientifique de déchirer la voile qui l’éclipse, quels que soient les sacrifices à consentir.

Rachid Matta MATTA

Ehmej le 1er octobre 2009

De mon livre « VINGT-CINQ SIÈCLES DE SÉDUCTION DANS LA GÉOMÉTRIE » je tire les définitions des deux étalons de l’exactitude, la ligne droite et la surface plane.

Définition de la ligne droite :

« La ligne droite est une ligne dont deux parties quelconques s’appliquent l’une sur l’autre par l’application de deux points quelconques de l’une des deux parties sur deux points quelconques de l’autre, et ceci quelle que soit la façon de les appliquer.»

Définition de la surface plane :

« La surface plane est une surface dont deux parties quelconques s’appliquent l’une sur l’autre par l’application de trois points quelconques non alignés de l’une des deux parties sur trois points quelconques de l’autre, et ceci quelle que soit la façon de les appliquer. »

Remarque

La géométrie est inséparable du mouvement comme le témoignent ses trois premiers postulats qui sont les seuls postulats de la géométrie. Ce mouvement se déroule dans l’espace géométrique, réceptacle des êtres purs de la géométrie qui n’ont pas besoin d’un principe de rigidité nécessaire uniquement dans le monde matériel pour les applications de la géométrie. Il suffit que ces êtres purs conservent leur identité en se mouvant dans l’espace à trois dimensions.

Ecrit par bocage dans : Fondements de la géométrie |

11 commentaires »

  • Monsieur M’Boka Kiese

    J’invite les penseurs de tout bord à méditer le passage suivant :

    «Pour atteindre l’exactitude, la pensée doit se plier à certaines lois, dont la première est celle qui impose à la pensée elle-même le respect de l’exactitude indéniable, c’est-à-dire de la vérité démontrable. Cette loi rejette toute erreur, se montre sévère à l’égard du mensonge, impitoyable lorsque celui-ci est voulu, systématique.»
    Ce passage est tiré des « LOIS DE LA PENSÉE »
    SVP M’informer en cas de commentaire.

    Rachid Matta MATTA
    Le 14 octobre 2009

    Commentaire | 14 octobre 2009
  • Un Débat décisif

    Le débat sur le site Nganga Na Nganga rend un grand service au rétablissement de la vérité géométrique qui souhaite être rétablie au plus tard l’année 2009.
    Il faut se rappeler que la géométrie, bien que le cinquième postulat d’Euclide n’avait pas reçu une démonstration satisfaisante et correcte, était considérée une science certaine et vraie. L’avènement des deux géométries non-euclidiennes [la géométrie hyperbolique (proposée par Gauss, Lobatchevsky et J.Bolyai dans le premier tiers du 19ème siècle) et la géométrie elliptique (proposée par B. Riemann en 1854)] a privé les propositions de la géométrie euclidienne de la vérité matérielle de leur contenu. Les trois géométries étaient devenues après 1854 une pure curiosité logique ne pouvant rien dire sur les relations entre les objets concrets du monde physique dans lequel nous vivons. L’espace de la géométrie et l’espace de la physique subirent les plus graves atteintes.
    Depuis presque 150 ans, la mathématique n’est plus la science modèle pour la philosophie et les autres sciences, et le doute règne parmi les penseurs de toutes les disciplines.
    Si une seule de mes méthodes de démonstration du cinquième postulat d’Euclide est correcte, la géométrie euclidienne serait fondée solidement et rejetterait les géométries non-euclidiennes et toutes les théories mathématiques et scientifiques utilisant les géométries non-euclidiennes.
    Dix de mes méthodes sont dans les académies de 6 pays et quelques unes sont exposées sur mon site: http://www.mathtruth-rachidmatta.com.
    Je propose à tous les penseurs de concentrer leurs efforts sur la méthode d’IBN AL-HAITAM, qui seule suffit pour rendre la géométrie euclidienne l’unique géométrie vraie. Ce savant est connu en Occident sous le nom Alhazen. Il est le premier à construire les deux quadrilatères fondamentaux attribués injustement à Lambert et à Saccheri.
    J’ai lancé l’Appel d’octobre 2009 pour sensibiliser les esprits afin de rendre la vérité à la mathématique, qui seule, permet aux étudiants, enseignants et chercheurs de bien raisonner.
    Dans deux semaines, les visiteurs de mon site trouveront une liste des mathématiciens, savants et responsables auxquels l’Appel d’octobre 2009 fut adressé. Cette liste ira en croissant.
    J’espère que les programmes de l’enseignement scientifique offrent, le plus vite possible, la vraie géométrie aux générations futures.
    Avec grand plaisir je répondrai à toutes les questions des lecteurs qui veulent plus d’informations. Mon site et mon email rachidmatta@hotmail.com sont à leur disposition.
    La vérité vous remercie.
    Rachid Matta MATTA
    Le 15 octobre 2009

    Commentaire | 15 octobre 2009
  • Jean-Pierre

    Je salue tout le monde

    Le débat sur les géométries est tranché, car il est impossible de trouver une faute dans la démonstration d’Ibn Al-Haitham (Alhazen). Il faut reconnaître que le grand mathématicien Rachid MATTA a rendu un très grand service à l’humanité en démontrant d’une façon irréprochable le cinquième postulat d Euclide.

    Jean-Pierre
    11/25/09

    Commentaire | 25 novembre 2009
  • A. Yasser

    Le revue Nganga Na Nganga peut-elle nous donner des informations sur la vie et les travaux du savant arabe Ibn Al-Haitham?

    Commentaire | 26 novembre 2009
  • Jean-Pierre

    Bonjour

    Monsieur A.Yasser, vous trouvez les informations sur les pages des encyclopédies, par exemple l’encyclopédie Wikipédia. L’importance d’Alhazen (965-1040) est d’être le premier mathématicien à utiliser le quadrilatère à trois angles droits, 800 ans avant Lambert (1728-1777). De plus il a construit le quadrilatère symétrique, ce qui donne le quadrilatère portant le nom de Saccheri (1667-1733).

    Commentaire | 27 novembre 2009
  • Jean-Pierre

    Les mérites d’IBN AL-HAITHAM

    1 – Il a compris le grand rôle du mouvement dans la géométrie. Ce mouvement est introduit par les trois premiers postulats d’Euclide. La sphère est définie par le mouvement de rotation d’un demi-cercle autour de son diamètre.

    2 – IBN AL-HAITHAM n’a pas déformé la ligne droite dans sa démonstration du cinquième postulat d’Euclide.

    Rachid Matta MATTA
    11/30/2009

    Commentaire | 30 novembre 2009
  • Les mérites d’IBN AL-HAITHAM

    1 – Il a compris le grand rôle du mouvement dans la géométrie. Ce mouvement est introduit par les trois premiers postulats d’Euclide. La sphère est définie par le mouvement de rotation d’un demi-cercle autour de son diamètre.

    2 – IBN AL-HAITHAM n’a pas déformé la ligne droite dans sa démonstration du cinquième postulat d’Euclide.

    Rachid Matta MATTA
    11/30/2009

    Commentaire | 30 novembre 2009
  • Appel de Janvier 2010.

    • Que les mathématiciens se soient trompés au 19ème siècle, en proposant les géométries non-euclidiennes c’est tolérable.
    • Que leurs successeurs du 20ème siècle se soient trompés aussi, c’est moins tolérable.
    • Mais que les mathématiciens de la première décade du 21ème siècle persistent dans l’erreur et n’arrivent pas à détecter les failles de leurs prédécesseurs, c’est intolérable et même condamnable. Le génie de la France, le génie du Liban et celui des autres pays sont en cause, car en persistant à produire et enseigner une mathématique inexacte et erronée, les cellules de rationalité de la raison iront inévitablement sur la voie de l’extinction.

    • La vérité géométrique a à sa disposition plus de cent chemins pour être dignement rétablie dans les académies des sciences et dans les centres de recherche du monde entier. Donc, continuer à l’étouffer pour préserver des intérêts matériels ou le prestige des grands mathématiciens du passé, adorés par des partisans qui refusent de se servir de leur raison critique, est une grave atteinte aux lois de la vérité, de la pensée et de la justice.

    • Ma conscience ne peut rester insensible à l’appel des étudiants qui fuient les filières scientifiques parce qu’ils sont enseignés par des théories qui perturbent leurs raisons. C’est pourquoi, j’adresse cet appel aux mathématiciens, savants et penseurs du monde entier pour que dans l’année 2010 la vérité de la géométrie soit rétablie et enseignée. C’est le seul moyen pour mettre fin aux souffrances des étudiants.

    • Bonne Année 2010 à tout le monde.

    Rachid Matta MATTA
    Le 3 janvier 2010

    Commentaire | 4 janvier 2010
  • Marc Jambon

    GEOMETRIE D’EUCLIDE et GEOMETRIE EUCLIDIENNE
    La Géométrie Euclidienne Moderne est en fait une interprétation de la Géométrie d’Euclide de l’antiquité avec notamment ajout d’axiomes tacites chez Euclide, notamment des axiomes d’ordre et bien d’autres.
    En Géométrie d’Euclide les droites et le plan sont définis alors qu’en Géométrie Euclidienne Moderne les points droites, plans sont des mots primitifs qui obéissent à un système d’axiomes.
    Vos propositions de définition de ligne droite et surface plane font appel aux mots partie et application. par là même ceci doit s’intégrer dans une théorie où l’on doit savoir
    quelles sont les parties admissibles,
    quelles sont les applications admissibles.
    De toute façon, par vos définitions, vous avez créé une nouvelle géométrie qui n’est ni la Géométrie d’Euclide ni la Géométrie Euclidienne Moderne, il se peut qu’on puisse la voir comme une nouvelle interprétation de la Géométrie d’Euclide. Toutes les démonstrations que vous pourrez faire dans votre géométrie ne démontreront ni la 4ème ni la 5ème demande d’Euclide ni ne contrediront les Géométries non-Euclidiennes Modernes puisque les fondements ne sont pas les mêmes.

    Commentaire | 15 janvier 2012
  • Monsieur Marc Jambon

    Il n’y a qu’une seule géométrie vraie, à savoir la géométrie d’Euclide, toutes les géométries non-euclidiennes sont à rejeter, car elles contiennent des contradictions, et ces contradictions sont exposées dans mon livre « Les Démonstrations du Théorème de la Parallèle». J’ai obtenu les droits de propriété intellectuelle pour ce livre le 5 février 2012, et dans moins de deux mois il sera publié à un prix de 150 euros.

    Dans ce livre j’ai relevé les failles dans les mémoires des fondateurs des géométries non-euclidiennes, à savoir : Gauss, Bolyai, Lobatchevsky et Riemann.

    Tous ceux qui ont voulu fonder la géométrie jusqu’à ce jour (le 5 février 2012) n’ont pas compris la véritable nature de la géométrie, y compris David Hilbert.

    Les axiomes de la géométrie sont des vérités immuables et éternelles, et par conséquent, ils ne peuvent pas être inventés librement par l’homme. Ces axiomes sont découverts par l’âme immortelle quand elle est guidée et éclairée par DIEU, son unique origine et Principe des principes.

    Monsieur, les «Mathématiques Modernes» sont inconsistantes et sans fondements, et elles ne pourraient jamais être fondées. Je vous invite à lire l’article de Morris Kline « Les fondements des mathématiques» publié dans LA RECHERCHE Numéro 54 MARS 1975. Dans cet article, volume 6 page 203, l’auteur cite Henri Poincaré :

    « Nous avons enclos notre troupeau (théorie des ensembles), mais peut-être y a-t-il déjà des loups dans la bergerie». Cette affirmation prophétique de Poincaré s’est réalisée pleinement car les loups ( il faut entendre les paradoxes) continuent de dévorer les «Mathématiques Modernes».
    David Hilbert a affirmé qu’il peut utiliser trois termes quelconques au lieu de point, droite et plan pour constituer une géométrie. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ?

    Je propose les trois termes indéfinis suivants : Zab, Yab et Ri, et je défie tous les mathématiciens contemporains de proposer une géométrie respectable. Ils peuvent choisir n’importe quels autres termes, mais sans utiliser les termes d’Euclide. Je le déclare solennellement que personne n’est capable d’élaborer une telle géométrie.

    Je termine en disant : J’ai du mal au cœur de voir les «Mathématiques Modernes» ronger les cellules de rationalité de la raison humaine.

    Je ne consulte pas en permanence le site de Nganga na Nganga. En cas d’intervention, je prie les intervenants de me contacter par email.rachidmattamatta@hotmail.com

    Je les remercie d’avance

    Rachid Matta MATTA
    Le 6 février 2012

    Commentaire | 7 février 2012
  • La consistance de la géométrie euclidienne

    J’ai l’hommeur d’annoncer aux visiteurs la parution fin juin 2012 de mon livre « Les Démonstrations du Théorème de la Parallèle». Ce livre contient un grand nombre de méthodes pour démontrer les cinquième postulat d’Euclide et pour détecter des failles dans les géométries non-euclidiennes. Je suis disposé à exposer 5 méthodes sur Nganga Na Nganga, s’il est possible d’exposer les figures géométriques sur lesquelles s’appuient les raisonnements.

    Rachid Matta MATTA
    Le 10 juin 2012

    Commentaire | 10 juin 2012
Publicités